PDF EN

Rapport annuel
2016

Logo OCPM

Merci !

L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) tient à remercier tous ses collaborateurs pour leur contribution à la promotion des activités de l’Office en 2016.

L’OCPM profite également de l’occasion pour remercier les groupes, organismes, citoyens, fonctionnaires et promoteurs qui ont participé aux diverses consultations publiques.

Les séances de consultation publique tenues par l’Office ont connu un franc succès grâce à l’engagement de tous les employés, professionnels, cadres et élus des arrondissements et des services centraux qui ont apporté leur aide et expertise pour assister les citoyens et les commissaires dans la compréhension des projets et des enjeux.

Sans la bonne volonté de tous, les consultations publiques de l’OCPM n’auraient pas atteint leur objectif premier de transmettre l’information et les données pertinentes sur les divers projets aux Montréalaises et aux Montréalais, en vue de recueillir leur opinion et leurs commentaires.

Dominique Ollivier

Message de
la présidente

L’année 2016 aura marqué pour l’Office de consultation publique de Montréal un tournant significatif en termes de participation de la population à nos processus. Les trois consultations non-règlementaires qui nous ont été confiées, soit le mandat sur la réduction de la dépendance montréalaise aux énergies fossiles, la consultation en amont sur le Plan de développement urbain, économique et social des quartiers avoisinant l’échangeur Turcot et celle sur la Stratégie centre-ville, nous ont permis de poursuivre nos innovations en matière d’approche numérique et d’inclusion. Ces dossiers ont généré des records de participation citoyenne. Cet engouement a été mesurable tant dans la participation en présentiel que dans les processus en ligne. Ce sont plus de 6000 personnes et organisations qui, cette année, ont fait entendre directement leur voix dans des dossiers importants pour l’avenir de Montréal.

Une expertise reconnue localement et internationalement

Ces succès de participation ne sont pas passés inaperçus et l’OCPM a été plus que jamais sollicité en 2016 pour partager ses expériences et son savoir-faire au niveau local, national et international. La reconnaissance de l’expertise et de la crédibilité de l’Office dépasse maintenant de loin les frontières de la Métropole. En plus des divers Prix et mentions que nous avons reçus, des organisations comme l’Association internationale des maires francophones (AIMF) et l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) font appel à notre expertise pour participer à leur réflexion et leurs expérimentations sur l’articulation de la démocratie participative et de la démocratie représentative. Paris Métropole, une instance de collaboration de plus d’une centaine de collectivités d’Île-de- France ainsi que des citoyens et élus de villes québécoises comme Gatineau ou Québec réclament leur version d’un office de consultation. Ce partage de bonnes pratiques, ces échanges constants et le réseautage qui en découle servent aussi à nous outiller localement. Ils nous permettent de mieux documenter nos processus et d’enrichir nos pratiques.

Participation sans exclusion

L’avènement du citoyen contributeur, le recours à l’intelligence collective, l’évolution fulgurante des modes d’interaction avec les citoyens et le désir des élus de voir intégrer dans nos processus de nouveaux outils, dont la modélisation 3D, rendent indispensables une révision de l’usage qui est fait de la consultation publique et des moyens qui y sont dévolus pour mener des débats plus inclusifs, plus équitables et plus éclairants.

De tels objectifs demandent un engagement et de l’imagination pour accroitre notre visibilité et notre présence. En ce sens, il est important que l’Office puisse compter sur une indexation de ses budgets qui lui permettra de faire face à ces nouveaux défis.

2017 : une année de célébration, une occasion à ne pas rater

L’année 2016 s’est terminée par le dépôt de projets de loi sur le nouveau statut de Métropole et la reconnaissance du statut des villes comme gouvernements locaux. De plus en plus de gens reconnaissent la place importante que Montréal fait à la démocratie participative. Dans le contexte où il est prévu l’élimination du recours référendaire à Montréal, les débats qui s’engagent sur ces projets pourrait être l’occasion, si telle est la volonté de nos élus, de préciser, voire même d’élargir l’éventail des cas où la consultation par l’Office est automatique.

L’année 2017 marquera le 375e anniversaire de Montréal et le 15e anniversaire de la création de l’OCPM. En ce temps de bilan, nous serons heureux d’avoir contribué à faire de notre métropole un milieu moderne et ouvert dont les pratiques de débat citoyen serein assurent la cohésion sociale et le vivre-ensemble.

Signature

La mission et
le mandat de l’Office

La mission

Créé par l’article 75 de la Charte de la Ville de Montréal, l’Office de consultation publique de Montréal a pour mission de réaliser des mandats de consultation publique relativement aux différentes compétences municipales en urbanisme et en aménagement du territoire, et à tout projet désigné par le conseil municipal ou le comité exécutif.

Le mandat

Organisme indépendant dont les membres ne sont ni des élus ni des employés municipaux, l’Office de consultation publique de Montréal, établi depuis septembre 2002, reçoit ses mandats du conseil municipal et du comité exécutif.

hand

Activités

jar jar jar

Réduction de la dépendance de Montréal aux énergies fossiles

L’Office propose aux Montréalais une démarche innovante, alliant les méthodes traditionnelles de consultation aux technologies collaboratives, réalisant ainsi un succès de participation qui a rejoint plus de 3 500 personnes.

Lire plus

L’action de l’Office de consultation publique de Montréal se fait à la lumière de deux articles de la Charte de la Ville de Montréal, les articles 83 et 89. On y prévoit que l’Office doit tenir des consultations sur des mandats qui lui sont donnés en fonction de critères stipulés à la Charte. On y prévoit aussi que l’Office doit faire la promotion des meilleures pratiques de consultation publique, notamment auprès des instances de la Ville.

En 2016, l’Office de consultation publique de Montréal a mené à terme une consultation initiée en 2015, entrepris et réalisé trois mandats ainsi que deux exercices de consultation qui se poursuivront en 2017.

Le dossier terminé en 2016 porte sur une question majeure, la dépendance des Montréalais aux énergies fossiles. À cette occasion, l’Office propose aux Montréalais une démarche innovante, alliant les méthodes traditionnelles de consultation aux technologies collaboratives, réalisant ainsi un succès de participation qui a rejoint plus de 3 500 personnes.

C’est suite aux demandes d’une coalition de citoyens engagés voulant profiter de l’attention entourant la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21), prévue à la fin novembre à Paris, que la Ville a demandé à l’OCPM de tenir une consultation publique sur cette problématique.

L’Office s’est alors engagé dans une démarche qui offre à tous des moyens conviviaux de s’interroger sur nos choix individuels et collectifs. Sous le thème de « Faisons le plein d’énergies nouvelles! », l’OCPM fait le pari de l’intelligence collective pour trouver des solutions pour Montréal en regard de ces questions.

L’Office a donc proposé des activités de consultation dans l’esprit de la production participative (crowdsourcing). Pour la première fois, l’Office a aussi proposé l’essai d’une plateforme de consultation en ligne qui permet des échanges multidirectionnels entre les citoyens. Le lancement de la consultation en ligne s’est fait lors de la séance d’information du 29 octobre 2015, et l’exercice s’est poursuivi jusqu’à la fin des activités publiques en mars 2016.

Au cours de l’hiver 2016, d’autres événements publics ont été réalisés, dont un marathon créatif en février, lors duquel l’Office a fait appel aux passionnés de technologie et d’environnement afin de préciser des solutions. Après les séances d’audition des opinions en mars, la commission a rédigé son rapport comprenant une série de recommandations, qui s’adressent tant à la Ville qu’aux citoyens et aux entreprises. Ce rapport a été rendu public le 15 juin 2016.

D’autre part, trois dossiers ont été entrepris et complétés en 2016. Le premier a été mené en collaboration avec le Bureau des relations internationales de la Ville de Montréal et consistait à tenir un exercice de consultation devant mener à l’élaboration d’une nouvelle stratégie de relations internationales. Une quinzaine de rencontres ont été organisées, regroupant des intervenants de tous les secteurs de la vie montréalaise ayant des activités ou des missions qui comprenaient un volet international. Plus d’une centaine de personnes ont ainsi été rejointes. Une synthèse des discussions qui ont eu cours a été remise au Bureau.

Quartiers avoisinants Turcot - St-Henri Ouest, Émard, Côte-Saint-Paul

Cette consultation en amont se rapporte à un vaste exercice de planification sur un large territoire avoisinant le secteur de l’échangeur Turcot.

Lire plus

Le deuxième se rapporte à un vaste exercice de planification sur un large territoire avoisinant le secteur de l’échangeur Turcot. Sous le thème de « Au-delà des chantiers, pensons les quartiers », une série d’activités et de rencontres ont eu lieu afin de solliciter l’avis des résidents et des organismes des quartiers Saint-Henri Ouest, Émard et Côte-Saint-Paul sur ce que devrait devenir cette importante portion de l’arrondissement du Sud-Ouest.

Plus de 2200 personnes ont répondu au questionnaire en ligne, ont participé aux ateliers créatifs et aux tables rondes thématiques, ou ont suivi les séances publiques d’information. De plus, la commission a reçu 35 mémoires et présentations orales lors de la période d’audition des opinions.

Les sujets abordés ont été nombreux et la commission a reçu une quantité importante d’opinions de qualité. Les organismes du milieu ont soumis des mémoires et participé activement aux différentes activités. Au terme de ces contributions, la commission propose la vision d’un milieu qui, s’inspirant de son riche passé, se tourne résolument vers demain. Un milieu d’avenir responsable, ouvert et dynamique, un milieu bien inscrit dans le développement durable, un milieu qui aura réussi à amoindrir les inconvénients inévitables de la présence d’autoroutes en pleine ville. Un milieu vert, qui aura tempéré les îlots de chaleur par un verdissement massif qui en fera un modèle, un exemple de la façon dont on peut atténuer la présence d’infrastructures envahissantes. Un quartier qui aura aussi comblé les carences de l’approvisionnement en produits sains, développé les transports actif et collectif. Un milieu où se côtoieront harmonieusement des personnes âgées et des jeunes, des populations locales traditionnelles et des nouveaux arrivants, des travailleurs du monde 2.0 et ceux des manufactures et des ateliers industriels plus traditionnels. Un milieu où on trouvera différents types d’habitation répondant aux besoins d’une population diversifiée. Un milieu où il y aura plus de dénominateurs communs que de divisions. L’examen du rapport de la commission devrait donner lieu à l’élaboration d’un document formel par l’arrondissement, un PDUES, qui devrait être soumis à un examen par l’Office. Cette démarche se situe en amont de tout projet qui pourrait être déposé par l’arrondissement. Le territoire couvert par le futur PDUES (Plan de développement urbain, économique et social) est traversé par plusieurs infrastructures métropolitaines qui font l’objet de travaux intenses, telles l’échangeur Turcot et l’autoroute 15, ou qui l’enclavent comme le canal de Lachine et une voie ferrée du Canadien National (CN).

Projet immobilier du domaine des Franciscains

Le troisième dossier a été celui de l’examen d’un projet immobilier sur l’ancien site du couvent des Franciscains.

Lire plus

Le troisième dossier a été celui de l’examen d’un projet immobilier sur l’ancien site du couvent des Franciscains, boulevard René-Lévesque Ouest. Il s’agit d’un projet de 360 logements, accompagnés de 210 places de stationnement sur le domaine des Franciscains situé au 1980 à 2080 René-Lévesque Ouest, à la limite sud du Quartier des grands jardins et adjacent à la falaise Saint-Jacques. Deux tours jumelles de 60 mètres de hauteur sur un basilaire commun sont proposées sur le terrain de l’ancien couvent des Franciscains, démoli en 2010 suite à un incendie.

Le projet prévoit aussi la préservation des maisons Judah et Masson situées de chaque côté des tours, tout comme leurs aménagements et jardins. Enfin, deux parcs totalisant 3363 m2 seraient aménagés par le promoteur pour ensuite être cédés à la Ville.

Plus de 200 participants ont assisté aux séances de consultation publique, 50 personnes s’y sont exprimées et 42 mémoires écrits ont été déposés. Les interventions ont permis de bien saisir les enjeux et les défis posés par le projet, tant en termes de ses éléments descriptifs, qu’en matière d’intégration et d’impact sur le voisinage.

L’Office estime que le projet de changement de vocation est acceptable et peut contribuer à mettre en place les conditions nécessaires pour consolider la fonction résidentielle du quartier et accroitre sa mixité. Toutefois, à la lumière des interventions, on constate beaucoup de déception chez une majorité de citoyens et d’organismes quant à la capacité de ce projet de participer à la réalisation des engagements importants du PPU du Quartier des grands jardins, adopté en mai 2012, notamment en matière d’offre d’espaces verts et d’équipements communautaires adaptés aux besoins des familles, des jeunes et des ainés du quartier.

Les préoccupations des citoyens sont légitimes et le projet n’est acceptable que sous réserve que l’arrondissement procède dans les meilleurs délais à l’aménagement d’espaces verts additionnels et s’assure que, dans les prochains projets développés dans le quartier, les besoins en espaces communautaires et équipements collectifs soient comblés.

Stratégie centre-ville

Il s’agit d’une consultation publique en amont du projet de Stratégie centre-ville qui propose une vision d’avenir et des orientations stratégiques pour le centre-ville de Montréal pour les 15 prochaines années.

Lire plus

L’Office a entrepris l’examen d’un autre dossier qui trouvera sa conclusion en 2017. Il s’agit de l’examen du projet de Stratégie centre-ville qui propose une vision d’avenir et des orientations stratégiques pour le centre-ville de Montréal pour les 15 prochaines années.

Elle vise à orienter la croissance urbaine vers le cœur de la région métropolitaine en faisant du centre-ville un lieu accessible, où il fait bon vivre, travailler, étudier et se divertir. Elle propose d’optimiser le potentiel de développement en priorisant l’investissement dans les transports collectifs et actifs, en favorisant l’accès aux logements familiaux et à des services de proximité et en bonifiant le rôle prédominant du centre-ville dans l’économie métropolitaine.

À la suite de cette consultation, la Ville élaborera un Plan d’action qui proposera des initiatives ciblées ayant un impact sur le dynamisme et le développement du centre-ville.

La consultation a donné lieu à une série de rencontres et d’activités. La première rencontre, le « Grand rendez-vous du centre-ville », s’est tenue le dimanche 25 septembre, à compter de 11 heures, au Salon urbain de la Place des Arts. On y a présenté une foire d’idées et de projets qui façonneront le centre-ville de demain, et la journée se terminera par une séance d’information formelle sur la Stratégie centre-ville, avec une période de questions du public. Environ 1000 personnes ont pris part à cette activité.

Cette journée a été suivie de quatre rencontres thématiques pour échanger et faire des propositions portant sur des thèmes comme le transport, l’économie et la vie de quartier. Plusieurs centaines de personnes ont participé à ces rencontres.

De plus, tout au long du mois de septembre, les citoyens ont aussi été invités à remplir un questionnaire en ligne disponible en français et en anglais. Plus de 2 000 personnes l’ont fait.

Les opinions ont été entendues à compter du 3 novembre à 19 h. On pouvait aussi prendre part à cette étape virtuellement par un deuxième questionnaire. Plus d’une centaine de personnes se sont prévalues de l’opportunité de partager une opinion avec la commission.

Activités de formation et d’information

L’année 2016 a aussi vu la réalisation d’activités couvrant le volet de promotion des meilleures pratiques faisant partie du mandat de l’Office.

Lire plus

Institut de développement urbain, l’IDU, à l’intention de ses membres et des promoteurs immobiliers.

Cette rencontre portait sur les meilleures façons de se préparer à une consultation publique auprès de l’Office.

Session de formation aux commissaires

Elle traitait deux questions : la Stratégie d’inclusion de logements abordables de la Ville et les résultats obtenus lors de l’utilisation de nouvelles technologies dans le cadre des consultations publiques.

Caravane de la démocratie

L’Office a participé à deux reprises à une opération de promotion des pratiques de consultation de la Ville, organisée par le Bureau de la présidence du conseil municipal. Elle permet aux citoyens d’un quartier de prendre connaissance des mécanismes de consultation publique de la Ville et d’échanger avec les responsables.

Réduction de la dépendance de Montréal aux énergies fossiles

L’Office propose aux Montréalais une démarche innovante, alliant les méthodes traditionnelles de consultation aux technologies collaboratives, réalisant ainsi un succès de participation qui a rejoint plus de 3 500 personnes.

L’action de l’Office de consultation publique de Montréal se fait à la lumière de deux articles de la Charte de la Ville de Montréal, les articles 83 et 89. On y prévoit que l’Office doit tenir des consultations sur des mandats qui lui sont donnés en fonction de critères stipulés à la Charte. On y prévoit aussi que l’Office doit faire la promotion des meilleures pratiques de consultation publique, notamment auprès des instances de la Ville.

En 2016, l’Office de consultation publique de Montréal a mené à terme une consultation initiée en 2015, entrepris et réalisé trois mandats ainsi que deux exercices de consultation qui se poursuivront en 2017.

Le dossier terminé en 2016 porte sur une question majeure, la dépendance des Montréalais aux énergies fossiles. À cette occasion, l’Office propose aux Montréalais une démarche innovante, alliant les méthodes traditionnelles de consultation aux technologies collaboratives, réalisant ainsi un succès de participation qui a rejoint plus de 3 500 personnes.

C’est suite aux demandes d’une coalition de citoyens engagés voulant profiter de l’attention entourant la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21), prévue à la fin novembre à Paris, que la Ville a demandé à l’OCPM de tenir une consultation publique sur cette problématique.

L’Office s’est alors engagé dans une démarche qui offre à tous des moyens conviviaux de s’interroger sur nos choix individuels et collectifs. Sous le thème de « Faisons le plein d’énergies nouvelles! », l’OCPM fait le pari de l’intelligence collective pour trouver des solutions pour Montréal en regard de ces questions.

L’Office a donc proposé des activités de consultation dans l’esprit de la production participative (crowdsourcing). Pour la première fois, l’Office a aussi proposé l’essai d’une plateforme de consultation en ligne qui permet des échanges multidirectionnels entre les citoyens. Le lancement de la consultation en ligne s’est fait lors de la séance d’information du 29 octobre 2015, et l’exercice s’est poursuivi jusqu’à la fin des activités publiques en mars 2016.

Au cours de l’hiver 2016, d’autres événements publics ont été réalisés, dont un marathon créatif en février, lors duquel l’Office a fait appel aux passionnés de technologie et d’environnement afin de préciser des solutions. Après les séances d’audition des opinions en mars, la commission a rédigé son rapport comprenant une série de recommandations, qui s’adressent tant à la Ville qu’aux citoyens et aux entreprises. Ce rapport a été rendu public le 15 juin 2016.

D’un autre côté, trois dossiers ont été entrepris et complétés en 2016. Le premier a été mené en collaboration avec le Bureau des relations internationales de la Ville de Montréal et consistait à tenir un exercice de consultation devant mener à l’élaboration d’une nouvelle stratégie de relations internationales. Une quinzaine de rencontres ont été organisées, regroupant des intervenants de tous les secteurs de la vie montréalaise ayant des activités ou des missions qui comprenaient un volet international. Plus d’une centaine de personnes ont ainsi été rejointes. Une synthèse des discussions qui ont eu cours a été remise au Bureau.

Quartiers avoisinants Turcot - St-Henri Ouest, Émard, Côte-Saint-Paul

Cette consultation en amont se rapporte à un vaste exercice de planification sur un large territoire avoisinant le secteur de l’échangeur Turcot.

Le deuxième se rapporte à un vaste exercice de planification sur un large territoire avoisinant le secteur de l’échangeur Turcot. Sous le thème de « Au-delà des chantiers, pensons les quartiers », une série d’activités et de rencontres ont eu lieu afin de solliciter l’avis des résidents et des organismes des quartiers Saint-Henri Ouest, Émard et Côte-Saint-Paul sur ce que devrait devenir cette importante portion de l’arrondissement du Sud-Ouest.

Plus de 2200 personnes ont répondu au questionnaire en ligne, ont participé aux ateliers créatifs et aux tables rondes thématiques, ou ont suivi les séances publiques d’information. De plus, la commission a reçu 35 mémoires et présentations orales lors de la période d’audition des opinions.

Les sujets abordés ont été nombreux et la commission a reçu une quantité importante d’opinions de qualité. Les organismes du milieu ont soumis des mémoires et participé activement aux différentes activités. Au terme de ces contributions, la commission propose la vision d’un milieu qui, s’inspirant de son riche passé, se tourne résolument vers demain. Un milieu d’avenir responsable, ouvert et dynamique, un milieu bien inscrit dans le développement durable, un milieu qui aura réussi à amoindrir les inconvénients inévitables de la présence d’autoroutes en pleine ville. Un milieu vert, qui aura tempéré les îlots de chaleur par un verdissement massif qui en fera un modèle, un exemple de la façon dont on peut atténuer la présence d’infrastructures envahissantes. Un quartier qui aura aussi comblé les carences de l’approvisionnement en produits sains, développé les transports actif et collectif. Un milieu où se côtoieront harmonieusement des personnes âgées et des jeunes, des populations locales traditionnelles et des nouveaux arrivants, des travailleurs du monde 2.0 et ceux des manufactures et des ateliers industriels plus traditionnels. Un milieu où on trouvera différents types d’habitation répondant aux besoins d’une population diversifiée. Un milieu où il y aura plus de dénominateurs communs que de divisions. L’examen du rapport de la commission devrait donner lieu à l’élaboration d’un document formel par l’arrondissement, un PDUES, qui devrait être soumis à un examen par l’Office. Cette démarche se situe en amont de tout projet qui pourrait être déposé par l’arrondissement. Le territoire couvert par le futur PDUES (Plan de développement urbain, économique et social) est traversé par plusieurs infrastructures métropolitaines qui font l’objet de travaux intenses, telles l’échangeur Turcot et l’autoroute 15, ou qui l’enclavent comme le canal de Lachine et une voie ferrée du Canadien National (CN).

Projet immobilier du domaine des Franciscains

Le troisième dossier a été celui de l’examen d’un projet immobilier sur l’ancien site du couvent des Franciscains.

Le troisième dossier a été celui de l’examen d’un projet immobilier sur l’ancien site du couvent des Franciscains, boulevard René-Lévesque Ouest. Il s’agit d’un projet de 360 logements, accompagnés de 210 places de stationnement sur le domaine des Franciscains situé au 1980 à 2080 René-Lévesque Ouest, à la limite sud du Quartier des grands jardins et adjacent à la falaise Saint-Jacques. Deux tours jumelles de 60 mètres de hauteur sur un basilaire commun sont proposées sur le terrain de l’ancien couvent des Franciscains, démoli en 2010 suite à un incendie.

Le projet prévoit aussi la préservation des maisons Judah et Masson situées de chaque côté des tours, tout comme leurs aménagements et jardins. Enfin, deux parcs totalisant 3363 m2 seraient aménagés par le promoteur pour ensuite être cédés à la Ville.

Plus de 200 participants ont assisté aux séances de consultation publique, 50 personnes s’y sont exprimées et 42 mémoires écrits ont été déposés. Les interventions ont permis de bien saisir les enjeux et les défis posés par le projet, tant en termes de ses éléments descriptifs, qu’en matière d’intégration et d’impact sur le voisinage.

L’Office estime que le projet de changement de vocation est acceptable et peut contribuer à mettre en place les conditions nécessaires pour consolider la fonction résidentielle du quartier et accroitre sa mixité. Toutefois, à la lumière des interventions, on constate beaucoup de déception chez une majorité de citoyens et d’organismes quant à la capacité de ce projet de participer à la réalisation des engagements importants du PPU du Quartier des grands jardins, adopté en mai 2012, notamment en matière d’offre d’espaces verts et d’équipements communautaires adaptés aux besoins des familles, des jeunes et des ainés du quartier.

Les préoccupations des citoyens sont légitimes et le projet n’est acceptable que sous réserve que l’arrondissement procède dans les meilleurs délais à l’aménagement d’espaces verts additionnels et s’assure que, dans les prochains projets développés dans le quartier, les besoins en espaces communautaires et équipements collectifs soient comblés.

Stratégie centre-ville

Il s’agit d’une consultation publique en amont du projet de Stratégie centre-ville qui propose une vision d’avenir et des orientations stratégiques pour le centre-ville de Montréal pour les 15 prochaines années.

L’Office a entrepris l’examen d’un autre dossier qui trouvera sa conclusion en 2017. Il s’agit de l’examen du projet de Stratégie centre-ville qui propose une vision d’avenir et des orientations stratégiques pour le centre-ville de Montréal pour les 15 prochaines années.

Elle vise à orienter la croissance urbaine vers le cœur de la région métropolitaine en faisant du centre-ville un lieu accessible, où il fait bon vivre, travailler, étudier et se divertir. Elle propose d’optimiser le potentiel de développement en priorisant l’investissement dans les transports collectifs et actifs, en favorisant l’accès aux logements familiaux et à des services de proximité et en bonifiant le rôle prédominant du centre-ville dans l’économie métropolitaine.

À la suite de cette consultation, la Ville élaborera un Plan d’action qui proposera des initiatives ciblées ayant un impact sur le dynamisme et le développement du centre-ville.

La consultation a donné lieu à une série de rencontres et d’activités. La première rencontre, le « Grand rendez-vous du centre-ville », s’est tenue le dimanche 25 septembre, à compter de 11 heures, au Salon urbain de la Place des Arts. On y a présenté une foire d’idées et de projets qui façonneront le centre-ville de demain, et la journée se terminera par une séance d’information formelle sur la Stratégie centre-ville, avec une période de questions du public. Environ 1000 personnes ont pris part à cette activité.

Cette journée a été suivie de quatre rencontres thématiques pour échanger et faire des propositions portant sur des thèmes comme le transport, l’économie et la vie de quartier. Plusieurs centaines de personnes ont participé à ces rencontres.

De plus, tout au long du mois de septembre, les citoyens ont aussi été invités à remplir un questionnaire en ligne disponible en français et en anglais. Plus de 2 000 personnes l’ont fait.

Les opinions ont été entendues à compter du 3 novembre à 19 h. On pouvait aussi prendre part à cette étape virtuellement par un deuxième questionnaire. Plus d’une centaine de personnes se sont prévalues de l’opportunité de partager une opinion avec la commission.

Activités de formation et d’information

L’année 2016 a aussi vu la réalisation d’activités couvrant le volet de promotion des meilleures pratiques faisant partie du mandat de l’Office.

Institut de développement urbain, l’IDU, à l’intention de ses membres et des promoteurs immobiliers.

Cette rencontre portait sur les meilleures façons de se préparer à une consultation publique auprès de l’Office.

Session de formation aux commissaires

Elle traitait deux questions : la Stratégie d’inclusion de logements abordables de la Ville et les résultats obtenus lors de l’utilisation de nouvelles technologies dans le cadre des consultations publiques.

Caravane de la démocratie

L’Office a participé à deux reprises à une opération de promotion des pratiques de consultation de la Ville, organisée par le Bureau de la présidence du conseil municipal. Elle permet aux citoyens d’un quartier de prendre connaissance des mécanismes de consultation publique de la Ville et d’échanger avec les responsables.

Bilan des communications

speaker

Lorsque l’OCPM tient une consultation publique, il en informe les citoyennes et les citoyens. Selon la nature et l’envergure de la consultation, une panoplie de moyens de communication sont utilisés afin de joindre les gens et leur transmettre de l’information conviviale et accessible.

Comme il y a eu peu de mandats règlementaires en 2016, l’Office n’a publié qu’un avis public dans un quotidien. Il a émis 21 communiqués de presse ou invitations aux médias. Pour chacune des consultations publiques, une campagne publicitaire sur Facebook a été réalisée. En plus des avis, l’Office envoie, selon le cas, des invitations directes à des citoyens et à des organismes touchés par le projet de consultation en cours. Généralement, l’Office distribue un dépliant d’information annonçant la consultation à la population concernée par un projet donné. Selon les consultations, cette distribution peut couvrir de 1 500 à 68 000 foyers. L’an dernier, c’est 114 000 dépliants qui ont été distribués dans les secteurs voisins des projets faisant l’objet de consultations. Des dépliants et des affiches ont également été distribués à des organismes concernés et dans des points de services de la Ville de Montréal. Le site Web de l’OCPM continue d’informer les citoyens et les groupes intéressés par les consultations publiques de façon régulière. Ayant été l’objet d’une refonte complète, notre site Web fera l’objet d’une section dédiée de notre rapport annuel cette année.

L’Office fait une utilisation grandissante des réseaux sociaux pour promouvoir ses activités auprès des Montréalais. Nous faisons une utilisation régulière de Facebook, Twitter, LinkedIn, YouTube et Flickr. Toutefois, c’est Facebook qui se démarque par sa popularité et par l’efficacité des interactions avec la communauté que nous y entretenons. Il nous fournit aussi des outils publicitaires puissants, permettant de cibler avec précision les citoyens concernés par nos consultations. Le nombre d’abonnés de notre page s’est accru de plus de 1500 personnes cette année, pour terminer 2016 à 7826 abonnés. Plus de 32 000 personnes ont interagi avec notre page (augmentation de 60 % par rapport à 2015), alors que la portée totale de nos publications se situe à près de 1,5 M, c’est-à-dire le nombre de personnes qui ont vu n’importe quel contenu associé à notre page (les deux dernières statistiques compilent les utilisateurs uniques/jour).

Au chapitre des publications imprimées, nous avons terminé l’année en proposant un nouvel outil pédagogique : Que se passe-t-il après une consultation publique ? Le guide montréalais sur les suivis. Disponible en versions française et anglaise à la section Publications de notre site Web, ce guide s’ajoute à notre offre de ressources pédagogiques, toutes disponibles en ligne et en version imprimée.

Nous améliorons chaque année notre offre de service en accessibilité universelle. Cette année aura vu l’aboutissement de plusieurs années de travail avec l’inauguration d’une section Accès universel améliorée sur notre site Web ainsi que la distribution d’une trousse didactique afin de favoriser l’information et la participation des publics à risque d’exclusion.

Plus de 150 trousses modèles ont été proposées à des organismes, groupes ou écoles œuvrant en francisation, en intégration et en alphabétisation, en plus d’être distribuées dans les bibliothèques publiques. Chaque trousse contient des documents en texte simplifié : Présentation de l’OCPM, Code de déontologie et guide d’information, Brochure anniversaire des 10 ans de l’OCPM, ainsi qu’un CD contenant des vidéos de présentation visant à renseigner la population sur le rôle de l’Office, le fonctionnement d’une consultation et comment y participer. Pour accéder à toutes ces ressources ainsi qu’à des documents en braille et des vidéos en langue des signes québécoise, suivez le papillon rose sur notre site.

Consultation en ligne

En plus des questionnaires de consultation publique en ligne pour lesquels nous avons développé une expertise au fil des ans et qui nous ont permis, encore cette année, de beaux succès de participation (Quartiers avoisinant Turcot : 1574 répondants et Stratégie centre-ville : 1811 répondants), nous avons mené deux nouvelles démarches de participation en ligne.

Notre première expérience de consultation publique dans une véritable plateforme de consultation en ligne, débutée en 2015 avec vertMtl.org dans le cadre de la consultation sur la réduction de la dépendance aux énergies fossiles, s’est poursuivie jusqu’au début mars. Cet outil numérique a permis aux citoyens d’interagir autour de propositions, d’affirmer leur accord ou leur désaccord, de soutenir des arguments et de fournir des références. Plus de 1600 visiteurs uniques y sont passés en 2016 (s’ajoutant aux 4000 de 2015). Lancée le 29 octobre 2015, la consultation en ligne aura recueilli plus de 5 000 interventions (nouvelles propositions et appuis aux propositions listées) en quatre mois. L’Office aura accueilli tout au long de cette expérience beaucoup d’impressions positives de la part des citoyens qui se sont montrés enthousiastes de cet outil qui leur permettait de participer à la consultation de n’importe où, à toute heure et de façon répétée.

Enfin, la consultation sur la Stratégie centre-ville aura été l’occasion de proposer aux citoyens une façon supplémentaire de contribuer à la consultation en donnant son opinion en ligne dans une section de notre site Internet qui y est consacrée. En effet, les participants pouvaient nous y envoyer des mini-mémoires thématiques afin d’approfondir les priorités mises en lumière par le questionnaire en ligne administré plus tôt dans la démarche de consultation, ainsi que faire des propositions à partir de questions formulées par les commissaires.

Site internet

Cette année, l’Office de consultation publique a procédé à une refonte majeure de son site Web. L’objectif de cet exercice était non seulement d’amener cette plateforme au niveau des standards de l’industrie du Web, mais aussi de renouveler et repenser l’expérience utilisateur.

L’exercice de refonte entrepris en 2015 a abouti à la livraison de la dernière mouture du site en mars 2016, complétant ainsi la première phase majeure de sa restructuration. Faisant suite aux commentaires et suggestions des utilisateurs invités à participer à cette réflexion, cette nouvelle structure a été pensée pour être ouverte à des fonctionnalités additionnelles répondant plus adéquatement aux besoins des nouvelles méthodes de consultation expérimentées par l’Office.

La nouvelle version du site offre à l’Office une plus grande flexibilité, tant dans l’organisation de ses données que dans les possibilités d’interaction avec le public. Avec un répertoire de plus de 15 000 documents s’étalant sur quinze années de consultation publique, et près de 30 000 visiteurs uniques pour l’année 2016, la plateforme de l’Office reste une référence documentaire en urbanisme et participation citoyenne à Montréal.

Relations
extérieures

cloud cloud plane trail

Depuis sa mise sur pied en 2002, l’Office a eu l’occasion de développer un réseau de contacts auprès d’organismes ayant des missions semblables à la sienne. Ces contacts ont contribué à améliorer les façons de faire de l’OCPM. Les activités extérieures de l’Office favorisent la diffusion du savoir-faire, la mise en valeur et le partage des expériences montréalaises.

Localement et au Québec, l’Office répond à des demandes de groupes qui souhaitent mieux connaître le modèle de l’Office. C’est ainsi que des rencontres ont eu lieu à Montréal, Québec, ainsi qu’à Gatineau. Nous avons aussi eu des rencontres en marge du Forum social mondial, en plus de participer à un atelier. Nous avons reçu un groupe de jeunes participants français ainsi qu’un des fondateurs du Forum, M. Oded Grajew, qui dirige l’organisme « Cidades Sustentaveis » à Sao Paulo au Brésil. En 2016, Montréal a aussi été l’hôte de la conférence nord-américaine de l’Association internationale de la participation publique dont l’Office est membre. L’OCPM a été très impliqué dans le comité organisateur de cette rencontre, y a été présent sous la forme d’un kiosque d’information et de la présentation de nos activités lors d’ateliers. L’Office a aussi assisté à des activités du Centre d’écologie urbaine de Montréal et a été présent lors du « New Cities Summit » tenu à Montréal cette année.

Au cours du mois d’avril, l’Office de consultation publique de Montréal prenait part pour la troisième fois à l’exposition biennale Le Montréal du Futur tenue au Complexe Desjardins du 20 au 25 avril dernier. Organisée par BOMA QUÉBEC (l’Association des propriétaires et des administrateurs d’immeubles du Québec) et en partenariat avec la Caisse Desjardins, l’exposition visait à offrir au public montréalais une vision architecturale du Montréal futur en présentant des projets immobiliers commerciaux, résidentiels et institutionnels qui pourraient faire partie de l’environnement montréalais au cours des prochaines années. Même si certains projets faisant partie de l’exposition étaient déjà en cours, tous les projets exposés n’étaient pas forcément approuvés et ne seront pas toujours réalisés.

Pour mieux illustrer la manière dont l’OCPM menait ses ateliers créatifs, le vendredi 22 avril, un animateur de l’OCPM a donné un atelier pendant quelques heures aux visiteurs qui souhaitaient y participer. Ils ont pu ainsi utiliser la carte et les Lego pour illustrer leurs idées. Ce kiosque a eu beaucoup de succès! Pour cette 6e édition, l’achalandage a été évalué à plus de 75 000 visiteurs.

L’Office a aussi assuré une présence à l’étranger dans différents forums tout au long de l’année, qui a commencé par la remise en janvier du premier prix des bonnes pratiques en participation publique, catégorie internationale, décerné par le réseau brésilien des villes du budget participatif. Le secrétaire général a reçu le prix au nom de l’OCPM lors de la rencontre annuelle du réseau, en plus d’y présenter notre modèle dans le cadre d’un atelier. L’Office, comme cela est la tradition maintenant depuis plusieurs années, a été présent lors de la Conférence annuelle de l’Observatoire international de la démocratie participative, l’OIDP, rencontre tenue à Matola au Mozambique. Cette conférence a été importante à deux égards pour l’Office. En premier lieu, une mention spéciale comme finaliste pour le prix annuel des meilleures pratiques de l’OIDP et, surtout, l’obtention de la Présidence de l’Observatoire pour Montréal, un mandat d’un an avec la responsabilité de la prochaine conférence qui se tiendra donc à Montréal du 16 au 19 juin 2017.

Des rencontres au Secrétariat général de l’Observatoire à Barcelone ont eu lieu dans les semaines qui ont suivies la conférence pour convenir des modalités d’organisation de la conférence de Montréal dont le thème sera « Participation sans exclusion ».

En plus de l’OIDP, l’Office a été appelé à participer à quelques autres missions. Une première à Paris, Lyon et Amsterdam a permis de rencontrer divers partenaires français, dont le Grand Lyon, Décider ensemble, et de présenter notre modèle dans le cadre de la réflexion qui a cours à Paris Métropole sur la consultation publique. Paris Métropole s’intéresse au modèle de l’Office et a poursuivi sa réflexion en échangeant avec nous ainsi qu’avec des élus montréalais. La portion de la mission à Amsterdam a permis d’échanger sur les outils de participation numériques avec les participants de la conférence « Design and the City Conference », en particulier dans le cadre du « Seminar on Smart City » et par la présentation d’une communication lors de l’atelier intitulé « Prototyping for Citizen Engagement : how to empower citizens for social changes ».

Par ailleurs, à la demande de l’AIMF (l’Association internationale des maires francophones), le secrétaire général de l’Office, M. Luc Doray, a participé à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire, à un séminaire à l’intention de maires d’un certain nombre de pays de l’Afrique de l’Ouest. Il a pu échanger sur les pratiques permettant aux élus locaux de consulter la population.

La présidente de l’Office, Mme Dominique Ollivier, a répondu à une invitation de l’Organisation de coopération et de développement économiques, l’OCDE, afin de participer à deux séminaires tenus au Maroc en septembre portant sur la participation des femmes à la vie politique et l’articulation nécessaire entre la démocratie participative et la démocratie représentative.

Elle a aussi participé en décembre aux 5es rencontres nationales « Accueil et Relations aux Usagers » à Lyon et au « Partenariat pour un Gouvernement Ouvert – Sommet Mondial » à Paris au début décembre. Elle y était à deux titres. En premier lieu, au nom de l’OIDP, afin de présenter un atelier sur la participation publique par le numérique et au nom de l’OCPM, répondant ainsi à une invitation de la Commission nationale du débat public, la CNDP, afin de prendre part à un panel portant sur la « Participation citoyenne et démocratie mondiale : comment associer les citoyens au respect des engagements pris par les gouvernements dans l’Accord de Paris? ». En parallèle, elle a aussi rencontré des représentants du Conseil de l’Europe et de l’OCDE, notamment dans une perspective de collaboration future et de participation à la conférence de l’OIDP en juin 2017.

Finalement, Mme Ollivier et M. Doray ont pris part à un séminaire virtuel avec des représentants du District fédéral de Mexico portant sur le fonctionnement de l’Office. Parmi les participants mexicains figuraient des directeurs de service et le Directeur de l’École d’administration publique de Mexico. Cette activité se tenait dans le cadre du récent protocole de coopération entre Montréal et la capitale mexicaine.

Tout au long de l’année, l’Office est aussi appelé à présenter son rôle et ses activités à différents groupes. En tout premier lieu, à la Commission de la présidence du conseil municipal, devant laquelle la présidente de l’Office présente le bilan des activités et échange avec les membres de la commission sur les travaux de l’OCPM et les orientations à venir. Des rencontres ont aussi cours avec une grande variété de groupes : étudiants, groupes de citoyens intéressés à la consultation publique, et ce, dans plusieurs arrondissements et groupes de l’extérieur. À signaler dans cette catégorie, la présence à titre de conférencière spéciale de Mme Ollivier lors de la journée de réflexion du journal Les Affaires portant sur l’acceptabilité sociale.

Budget

Balance Balance Balance Balance

Conformément à la Charte de la Ville de Montréal, le conseil municipal met à la disposition de l’Office les sommes nécessaires à la réalisation de son mandat. En vertu des articles 83 et 89 de la Charte, l’Office est tenu de mener toutes les consultations qui lui sont demandées par le comité exécutif ou le conseil municipal. Les états financiers de l’Office sont vérifiés par le bureau du vérificateur de la Ville et sont présentés au conseil municipal.

En 2016, l’Office s’est vu octroyer un budget de 2 millions de dollars. Cette somme vise à couvrir l’ensemble des postes budgétaires : la rémunération des commissaires, celle du personnel permanent, les honoraires des analystes-recherchistes et des autres ressources professionnelles nécessaires à la tenue de consultations publiques, la publication des avis publics, l’impression des rapports de commissions, la location des locaux, ainsi que les frais généraux d’administration.

Cette somme a été suffisante pour réaliser tous les mandats et activités de l’Office en 2016.

Liste des employés et collaborateurs 2016

team

Employés

  • Louis-Alexandre Cazal
  • Luc Doray
  • Lizon Levesque
  • Élise Naud
  • Faustin Nsabimana
  • Jimmy Paquet-Cormier
  • Anik Pouliot
  • Gilles Vézina

Collaborateurs

  • Raphaëlle Aubin
  • Matthieu Bardin
  • Estelle Beaudry
  • Alain Benoit
  • Loïc Bouffard-Dumas
  • Brunelle-Amélie Bourque
  • Élisabeth Doyon
  • Julie Dubé
  • Louis Garneau
  • Guy Grenier
  • Félix Hébert
  • Félix Jobin
  • Laurent Maurice Lafontant
  • Christelle Lollier-Théberge
  • Patrice Martin
  • Francis Miller
  • Denise Mumporeze
  • Olivier Rinfret
  • Karl Skelton
  • Nicole Uwimana
  • Akos Verboczy
  • Stéfanie Wells

Production

Coordination de la rédaction

  • Luc Doray
  • Brunelle-Amélie Bourque
  • Louis-Alexandre Cazal
  • Luc Doray
  • Lizon Levesque
  • Anik Pouliot
  • Gilles Vézina

Révision

  • Lizon Levesque
  • Traduction
  • Joanne Gibbs
  • Photographies
  • Lucie Bataille
  • Josée Lecompte
  • Frédéric Tougas

Conception graphique

  • Élisabeth Doyon

Conception + développement web

  • Alain Benoit